Writing Therapy

January 5, 2017

 

There is no greater agony than bearing an untold story inside you.”

Maya Angelou

 

«I can’t make a decision.» «I don’t know how to tell him.» « I feel I am ugly and fat.»  «Why can’t I just do it?» From time to time, I experience waves of negative emotions where I don’t know who I am, what to think, what I am doing and what I must be doing. The confusion is everywhere. While welcoming the emotions of discouragement and hopelessness, I always find in writing some consolation and reassurance in order to go through this new step. Becoming my own therapist can in a way be as simple as writing down my thoughts and becoming more aware of them. 

 

Indeed, the ritual of writing every day during those phases helps me to calm down, to reconnect with myself, to understand myself and to talk to myself.  While we sometimes sum up our negatives emotions under the common word «stress», I need to find what is behind this stress by writing about it. «Is it really because I am late?» «Is it really because I can’t find anyone to look after my dog?» «What am I really scared of?» Little by little, I find myself developing the issues. Thus, it can start by «I am angry with Dad for making this comment about my work…» until I finally found myself not blaming Dad but myself for not being enough at this and that.

 

Thus, I like writing just as I wake up, that it is to say, just between sleeping and properly getting up. If I am lucky enough, I may have the support of my unconscious and I can add some notes about my dreams. Like this, I clean my mind from my «heavy» ideas at the start of the day, I am aware of my mood and I feel ready to start a mindful day. Day after day, even if nothing is changing, I can at least see myself evolving and changing my mind. 

 

Being as spontaneous as possible by using the technique of automatic writing is the best way for me to release my negative emotions and my deep ideas. I write down  what comes to me without judgement or opinion. I go with the flow and I am open to any idea - a bit like when you can practise meditation actually.

 

Writing has this power to anchor ideas in our reality. It is like making a statement. That’s why, if the core of my problem concerns my relationship with someone else, I often write a fictive letter where I write everything I think to the person: from insults to a love declaration, I symbollically throw everything away. I will often need to say something in the reality but expressing it helps me to release some tension as well as being clear with myself.

 

If I feel ashamed or insecured, that it is to say, if my negative emotions are related to a self-love issue, I know it's time to write myself a letter expressing compassion, understanding and acceptance for the part of myself I don’t like. It is not an easy exercise. That's why I like to imagine myself at 90 years old and what I would be able to say to myself today. In a compassionate way, I forgive myself not to love this part enough and I encourage myself to cope with things in a better way. I sometimes need to read it again and keep it as a reminder to be more self-compasssionate.

 

Writing with others and reading it aloud can also be an amazing therapeutic exercise. Last time, my friend Lucie and I did a self-praise exercise where we wrote for 15 minutes about our qualities and talents. We went with the flow until we were ready to read to each other our self-praise declaration confidently and eloquently.

 

When there is nothing to do more than accepting an indesirable situation, I can feel the need to write statements many many times like «I accept this experience as a new challenge.» It looks like a very back-to-school exercise but I believe it sends a powerful message to my unconscious. 

 

Finally, writing all the positive quotes I found on my way in my notebook or on some post-its always has a powerful effect on my mind, mood and smile each time I re-read them. 

 

If you are like me, if you are convinced that words have that power, you will find below a list of recommendations to go further: 

 

Write It Down

Inspiring and therapeutical holidays organised by the mother of a great ex-colleague! I can see how much fun it could be :-)

 

Moniack Mhor

I have already been to the Scottish Highlands but I would love to use the energy of the place to get writing and this creative writing place seems just perfect! 

 

The Artist's Way

A course by Julia Cameron to release creativity based on the now famous "morning" pages

 

FRENCH VERSION

 

« Il n'y a pas de pire agonie que de garder en soi une histoire jamais racontée. »

Maya Angelou

 

« Je ne peux pas prendre de décision. » «Je ne sais pas quoi lui dire. » « Je me sens moche et grosse. » « Pourquoi je ne peux pas juste me lancer et le faire ? » De temps en temps, je fais l’expérience de vagues de stress et de négativité. La confusion est partout. Si je ressens alors beaucoup de découragement et de désespoir, je trouve toujours dans l’écriture un réconfort pour dépasser cette nouvelle étape de ma vie. Etre ma propre thérapeute peut en effet, seulement, consister à inscrire mes idées et à en prendre conscience. 

 

En effet, écrire me permet de me calmer, de me retrouver, de me parler et de me comprendre. Dans nos vies de citadins et d’adultes super-actifs, on utilise souvent le mot « stress » pour résumer une période agitée dans nos vies. J’ai toujours besoin d’aller plus loin et voir derrière ce qui se cache derrière ce mot. « Est-ce que c’est vraiment le train qui est en retard ? « Est-ce que c’est parce que je ne sais pas qui va garder mon chien ? » « De quoi ai-je vraiment peur ? » Petit à petit, j’en viens à trouver le cœur du problème derrière tout ce qui me dérange. Aller voir en moi ce qui se passe m’amène à voir que de « Comment ose-t-elle me dévaloriser comme ça ? », se cache « Je ne suis pas assez bonne à ceci, cela… ».

 

Ecrire de manière spontanée en utilisant la technique de l’écriture automatique est la meilleure façon pour moi de libérer mes émotions négatives et comprendre mes idées les plus profondes. J’écris tout ce qui me passe par la tête sans jugement, sans opinion et surtout sans le dessein d’en faire quelque chose d’autre qu’écrire. Jour après jour, même si rien ne semble changer dans la vie réelle, je peux au moins voir mes idées évoluer, changer et se développer tout en prenant conscience que si les choses bougent en moi, elles finiront forcément par bouger à l’extérieur d’une manière ou d’une autre.

 

Ecrire a ce pouvoir d’inscrire les idées dans la réalité. C’est vraiment faire une déclaration ancrée quoiqu’il arrive. Aussi, quand le vrai problème concerne ma relation avec quelqu’un, j’ai souvent le besoin d’écrire une lettre fictive à cette personne : insultes, reproches, demandes de pardon, compliments, tout y passe ! J’aurais peut-être le besoin d’exprimer ce contenu dans la réalité mais de toutes les façons, l’écrire me permet d’être plus claire et en phase avec mes sentiments tout en m’apportant un soulagement momentané.

 

Si j’ai honte de moi-même ou s’il s’agit au fonds d’un problème de confiance en moi ou même d’amour de moi-même, je sais qu’il est temps pour moi de m’écrire, de m’apporter de la bienveillance et de rédiger une lettre de compassion avec moi-même. Se pardonner, se dire qu’on est sur le chemin quoiqu’il arrive et comprendre que les embûches font partie de ce chemin va m’aider à dédramatiser et à relativiser et surtout à reprendre courage. Je garde ses lettres comme des aide-mémoires pour les relire si besoin.

 

Ecrire avec d’autres et surtout lire à haute voix est également un exercice thérapeutique que je trouve très efficace. La dernière fois, mon amie Lucie m’a fait découvrir l’exercice de l'auto-louange. Afin de trouver de l’inspiration pour nous « acclamer », elle m’a demandé de lister les personnes dont j’étais la plus admirative dans ma famille, les talents de ces personnes, les valeurs transmises par ma famille mais aussi les lieux qui m’inspiraient le plus depuis mon appartement jusqu’aux steppes de Mongolie. Une fois notre boite à « mots » établie, il nous fallait piocher dedans pour exprimer ce que nous étions et comment on se définissait. On s’est laissées aller pendant 15/20 minutes jusqu’au moment où nous nous sommes lues nos auto-louanges l’une après l’autre avec confiance et éloquence. Depuis, j’ai plus de facilité à m’imaginer comme une princesse aztèque à la plume magique :-)

 

Souvent, il n’y a plus qu’à accepter une situation indésirable. Pour cela, je me plonge dans l’expérience en affirmant noir sur blanc des déclarations comme « J’accepte cette expérience comme un challenge. » Je l’écris autant de fois qu’il me l’est possible. 60 fois si c’est ce que je sens ! Cela ressemble beaucoup à une punition d’autrefois à l’école : pour moi, c’est un exercice puissant pour communiquer avec mon inconscient.

 

Enfin, écrire les citations positives qui sont sur mon chemin dans mon carnet ou sur des post-its est encore une manière d’ancrer dans ma tête ce que je veux retenir et ce sur quoi je veux me concentrer. Relire ses notes a toujours un effet sur mon humeur et mon sourire.

 

Si comme moi, vous croyez au pouvoir des mots, voici quelques recommendations :

 

Write It Down

Des vacances d’écriture créative et thérapeutique organisées par la mère d’une ancienne collègue !

 

Moniack Mhor

Pour avoir fait déjà exploré la région des Highlands grâce à mon grand-père pêcheur, je peux facilement comprendre comment l’énergie du lieu combiné à un lieu aussi créatif que Moniack Mhor peut inspirer les écrivains en herbe.

 

Libérer sa créativité de Julia Cameron

Je ne cesserai jamais de le répéter : ce livre est un must pour connecter avec sa créativité en s’appuyant plus particulièrement sur les célères pages du matin ! 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload