How To Embrace Your Imperfections Through Creativity

May 8, 2017

 

 

 

“Do you want to work on it a bit more?" "What about making it more regular?” It’s Monday night. I am at my ceramic class. Everyone is deeply concentrated on making a perfect piece. On the contrary, I make pots in few minutes and when it comes to polish them and to refine shapes, I don’t feel any urge to work on them much more. “Done!”

 

In fact, I like them rough and unbalanced. For me, each piece tells a little cool story through marks of the handmade process, the texture of the clay & the impact of the glaze. The result is very different from what I had fantasised. At each session, I let hands & clay create the unexpected. The daydreaming experience that I had not been able to imagine…  

 

However, pieces after pieces, my pots are becoming like strangers in the room where love is not really in the air. “One day, you need to learn how to make ceramics!” a teacher says before leaving the room.

 

In the space of few seconds, I have no more to say, no more to make and no more love for my pots. The voice of the expert or my enthusiasm killed.

 

Those imperfect pots that I loved and cherished had become ugly and faulty dishes. This is where my fun creative process led me to an angry introspection with myself.

 

"Why was I not able to defend my pots?" “What is my own relationship with my imperfections?” “In which extent am I able to love my imperfections?” The consistence was not there. For the pots and for myself.  If I was able to enjoy imperfections in my little word, as soon as they were exposed to the big rest of the world, I felt ridiculous to like them and even asked to dislike them... It made me think of the same story with some physical details: I am kind of able to like my freckles and sun spots  in front of the mirror but when I hear that a clear skin is what you must have, I can change my opinion about them very easily and run to buy a lot of products to correct stains. 

 

A bit of distance & one yoga class made me come back to my initial love for my pots and to the ceramic studio. Fortunately, they were not too heart-broken after this short abandon. Centered and determined to keep having fun with my imperfect mind, I have even been able to raise them until liking them even more.

 

Ever since, I am feeling not good enough and spotting imperfections, I am trying to relieve my stress by seeing them as my little pots: different and more unique.  

 

Few days after this adventure at the ceramic studio, I started to read a book about Marylin Monroe and found this “perfect” quote for peace and tranquillity on earth: “Imperfection is beauty, madness is genius and it's better to be absolutely ridiculous than absolutely boring." Marylin Monroe.

 

From ceramics to Marylin Monroe, I believe I learn something essential about accepting my imperfections here. If it is already a step to like them on my own, the more I will show them to the world, the more I will be able to like them whatever anyone thinks of them. End of the perfectly imperfect story. 

 

If you want to work on your creative process as well as your imperfections, join one creative session with me here

 

To discover more imperfect pots, you are invited on my eshop here!

 

FRENCH VERSION

 

« Tu veux travailler sur cette pièce encore un peu ? » « Et si tu faisais un bol un peu plus régulier ? » On est lundi soir. Je suis à mon cours de céramique. Chacun est très concentré à réaliser un pot parfait. De mon côté, c’est une autre histoire. Je fais des pots en deux minutes et quand il vient le moment de les polir, de les affiner, je n’en ai pas l’envie. « C’est fini ! »

 

En fait, j’aime mes pots rugueux et déséquilibrés. Pour moi, chaque pièce est une histoire à travers les traces de doigts, la texture de la terre et l’impact de la peinture. Le résultat est très différent de ce que j’avais fantasmé. A chaque séance, je laisse mes mains créer l’inattendu. Un rêve éveillé que je n’aurais pu imaginer…

 

Cependant, pièce après pièce, mes pots deviennent comme des étrangers dans la salle et je sens bien que love is not in the air. « Un jour, il faudra que tu apprennes à faire de la céramique, hein ? » me dit un professeur en passant.

 

En l’espace de quelques secondes, je n’avais plus rien à dire, plus rien à créer et surtout plus d’amour pour mes pots. La voix de l’expert avait parlé et mon enthousiasme s’était tû.

 

Ces pots imparfaits que j’adorais, que je chérissais étaient devenus moches et défectueux. C’est ainsi que ma créativité m’a permis d’aller vers une introspection assez désagréable et super utile avec moi-même.

 

« Pourquoi ne suis-je pas capable de défendre mes petits pots ? » « Quelle est ma relation avec mes propres imperfections ? » « Dans quelle mesure suis-je capable d’aimer mes imperfections ? » Il n´y avait aucune consistance dans tout ça ! Si j’étais capable d’apprécier mes imperfections et mes petits pots dans mon petit monde parallèle, dès que j’étais confronté à des standards, je changeais d’avis, je me sentais ridicule et j’en venais à changer de position. C’est la même histoire avec mes tâches de soleil et de rousseur sur le visage. Devant mon miroir, ça me va. Dès qu’on me parle des vertus d’une peau claire, j’en fais un complexe et cours acheter des produits anti-tâches.

 

Un peu de distance et un cours de yoga m’ont permis de revenir à mon amour initial pour mes pots et au studio de céramique. Heureusement, ils n’ont pas été brisés par ce court abandon. Centrée et déterminée à m’amuser avec mes imperfections, j’ai même appris à les aimer encore plus.

 

Depuis, dès que je me sens « pas assez ceci » « pas assez cela » , que je me focuse sur mes imperfections, je fais tout pour me libérer mon stress en les imaginant comme mes petits pots : uniques et différents.

 

Quelques jours après cette aventure au studio de céramique, j’ai commencé à lire un livre sur Marylin Monroe et suis tombée sur cette « parfaite » citation : « L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux. » Marylin Monroe.

 

Des céramiques à Marylin, je crois que j’ai appris quelque chose d’essentiel à propos de moi et mes imperfections ici. Si c’est une fantastique étape de pouvoir les accepter pour soi, les montrer au monde permet au bout d'un moment de les aimer encore plus, peu importe ce qu’on en dira ou pensera.

 

Si vous voulez travailler sur votre processus créatif et vos imperfections, rejoignez une de mes séances créatives ici ! 

 

Pour découvrir plus de pots imparfaits, RDV sur ma eshop :-)

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload